/div>

03/07/2014

Discrimination : EasyJet condamnée pour la troisième fois

easyjet,handicap,condamnation,discriminationLa compagnie aérienne britannique a été condamnée jeudi 3 juillet à 60 000 € d'amende par le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir refusé l'embarquement à une passagère handicapée. Raison invoquée ? Elle voyageait sans accompagnateur.

La société Europe Handling, qui sous-traite les opérations d'enregistrement et d'embarquement des passagers d’EasyJet à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle a, quant à elle, été condamnée à une amende de 30 000 €. EasyJet, qui essuie sa 3e condamnation pour une discrimination de ce type, ne fera pas appel de ce jugement.

Easyjet ne fait pas appel

« EasyJet n'a jamais eu l'intention de discriminer Mme Arminda Maia ou tout autre passager à mobilité réduite. Elle accepte toutefois cette décision de justice et préfère concentrer ses efforts et ses ressources à rendre plus facile et abordable les déplacements de l'ensemble de ses passagers », fait savoir la compagnie dans un communiqué.

Arminda Maia, une femme hémiplégique de 65 ans, devait se rendre le 11 octobre 2009 aux obsèques de son fils au Portugal. Elle avait déposé plainte pour discrimination après avoir dû acheter en urgence un aller-retour auprès d'une autre compagnie.

Lire la suite

21:59 Publié dans Discriminations | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : easyjet, handicap, condamnation, discrimination | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

@Arrêt sur la Toile/Disneyland Paris, le monde merveilleux de la discrimination selon l’Unapei qui porte plainte

unapei,handicap mental,disneyland,paris,discrimination,changeAprès avoir reçu, depuis le début de l'année, dix courriers de familles mécontentes de la façon dont le parc d'attractions stigmatise les personnes porteuses d'un handicap mental visible, l'Unapei porte plainte aujourd'hui contre Disneyland Paris. Une plainte pour discrimination devant le Tribunal correctionnel de Paris. Dans leurs lettres, les familles font toutes le même récit : les personnes porteuses d’un handicap mental visible se voient refuser l’accès aux attractions. Elles doivent systématiquement repasser par l’accueil pour se déclarer comme handicapées et revenir avec le pass "accessibilité". Un pass présenté comme prioritaire qui donne accès aux attractions, sous certaines conditions, mais toujours par la sortie…

Pour appuyer les témoignages, l’Unapei et les Papillons blancs d’Epernay ont fait eux-mêmes le test en caméra caché… Bilan : « Pratiques discriminatoires fondées sur le seul faciès des personnes. » L’Unapei dit avoir adressé plusieurs courriers à la direction du parc pour lui demander de changer ses pratiques. De son côté, celle-ci se dit « très surprise ».

L’Unapei vient également de lancer une pétition sur le site change.org. Pour que cesse le délit de faciès. Signalé par Valérie Di Chiappari

À lire sur Libération.fr

23/05/2014

L’OMS adopte un plan d’action pour améliorer l’état de santé des personnes handicapées

Disable_begger_in_Dhaka.JPG

C’est une première pour l’Organisation mondiale de la santé. Son assemblée mondiale de la santé, l’organe décisionnel suprême de l’OMS, va adopter, ce 23 mai, un plan d’action mondial 2014-2021 pour « un meilleur état de santé pour toutes les personnes handicapées ». Il s’inscrit dans la lignée de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée par les Nations Unies en 2006. Trois questions au Dr Étienne Krug, le directeur du département de l’OMS en charge du handicap et de la prévention de la violence et des traumatismes

Faire Face : Pourquoi l’OMS a-t-elle adopté ce plan ?

Étienne Krug : On dénombre plus d’un milliard de personnes handicapées dans le monde, soit une personne sur sept. De manière générale, elles rencontrent des difficultés à accéder aux services de santé. Elles sont deux fois plus nombreuses à juger que les établissements de santé répondent mal à leurs besoins, trois fois plus à déclarer que des soins leur ont été refusés et quatre fois plus à faire état de mauvais traitements. Un exemple : 70 millions de personnes ont besoin d’un fauteuil roulant mais seuls 5 à 15 % en disposent effectivement. L’OMS se devait d’agir. 

Lire la suite

14/04/2014

Les personnes handicapées s’estiment plus souvent discriminées

discrimination,discriminations,insee,défenseur des droits,haldeVous avez été écarté d’un emploi, refoulé à l’entrée d'un cinéma ou raillé dans la rue à cause de votre handicap ou de votre état de santé ? Comme vous, 2,3 millions de personnes* déclarent avoir subi des comportements stigmatisants au cours de leur vie (moquerie, mise à l’écart, traitement injuste ou refus de droit), pour les mêmes raisons, révèle une récente étude de l’Insee. Un chiffre sans commune mesure avec le nombre de plaintes enregistrées par le Défenseur des droits (2 000 à 3 000 par an). 

Lire la suite

04/04/2014

@Arrêt sur la toile/Pauline, écartée d’un job chez McDo en raison de son handicap

Capture d'écran 2014-04-04 11.44.20.png« On ne prend pas des gens comme ça ! » Direct, le responsable du McDo de la Bourse, à Bruxelles ! Mais surtout discriminant car cette phrase blessante s’adressait à une jeune femme handicapée, candidate à un emploi dans son restaurant. Et de joindre le geste à la parole en déchirant son CV devant elle.

 

« Coupable du délit de sale gueule. »

 

Pauline Culot, 22 ans, est née avec une main atrophiée. Ce qui ne l’empêche pas de suivre des cours de prothésiste paramédicale, ni d’avoir travaillé dans une épicerie fine ou une fromagerie. « Je n’ai pas pu me défendre, je me sentais très mal. C’est comme si j’étais coupable de délit de sale gueule », a-t-elle confié au quotidien belge, L’Avenir.

 

Le responsable sanctionné par McDo Belgique

 

Contactée par l’auteur de l’article, la directrice de la communication de McDonald’s en Belgique a affirmé que des mesures ont été prises à l’encontre de ce responsable. « Ce n’est pas la politique de la maison (…); Des personnes ayant un handicap travaillent chez nous. » Signalé par Franck Seuret - Capture d’écran lavenir.net

 

À lire sur lavenir.net