05/07/2014

Festival d’Avignon OFF 2014/ Clémentine Célarié : « La création est une façon de faire reculer le mur de sa maladie. »

avignon,festival,off,cementine,celarieJusqu’au 27 juillet, La danse immobile, spectacle de danse/théâtre est à l’affiche du théâtre Le chien qui fume à Avignon. Un projet né de la grande amitié unissant les comédiens Clémentine Célarié et Thierry Monfray, atteint de sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot). Tous deux ont imaginé un « conte amoureux et féérique sur les corps immobiles dont les esprits dansent à l'infini ».

Faire Face : Comment avez-vous eu l’idée de monter ce spectacle ?

Clémentine Célarié : J’ai rencontré Thierry Monfray en 2009 dans la pièce de Goldoni, La Serva Amorosa. Nous avons eu un coup de foudre artistique. Quand la maladie s’est ressentie, nous nous sommes retrouvés sur scène pour lire des lettres de Maupassant. Aujourd'hui, Thierry ne marche plus, il ne lui reste que la mobilité de deux doigts et il parle avec beaucoup de difficultés.

 

Ce projet est né à partir du documentaire que j’ai tourné sur lui.  J'avais demandé à l'un de mes amis danseurs, Olivier Le François, de venir faire une improvisation avec Thierry, qui se déplace en fauteuil roulant et dont le corps ne peut quasiment plus bouger. En visionnant les rushes, je me suis  rendu compte qu’il y avait quelque chose à prolonger : le mouvement n’est pas seulement dans le corps qui danse, il est aussi dans celui qui l’impulse, même immobile.

 

 

 


FF : Vous avez décidé de monter ensemble cette danse immobile avec deux danseurs hip-hop et une autre personne en situation de handicap.

C.C. : Pour Thierry, la création est une façon de faire reculer le mur de sa maladie. Mais il fallait aller vite car elle progresse de jour en jour. Grâce à Emmanuelle Okbi, directrice du Théâtre Rutebeuf, nous avons joué huit fois à Clichy, près du domicile de Thierry. Le retour du public nous a encouragés à persévérer et à rêver de nous produire à Avignon. Malheureusement, la maladie gagnant du terrain, Thierry ne peut pas être avec nous sur scène. Jean d’Artigues, vice-Président de l'ARSLA, une association dédiée à la sclérose latérale amyotrophique, le remplace.

FF : Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?avignon,festival,off,cementine,celarie

C.C. : Le fait même de vouloir monter un spectacle avec des personnes handicapées  est déjà un énorme obstacle. Pour venir à Avignon, nous avons bataillé pour trouver des logements accessibles. Pour moi, l’accessibilité est un combat urgent et prioritaire. Heureusement certains jouent le jeu. Danielle Vantagiolli, la directrice du Théâtre du chien qui fume que je connais bien, a accepté de refaire entièrement les toilettes du théâtre. Chapeau et merci !

FF : Quel est le message de ce spectacle ?

C.C. : Les personnes contraintes à l’immobilité développent une force intérieure incroyable, une joie et savent se recentrer sur les choses essentielles. C’est ce que j’ai appris au contact de Thierry. Il est immobile mais il danse dans sa tête.

Propos recueillis par Claudine Colozzi – Photo DaK

Théâtre Le chien qui fume, 75 rue des teinturiers, Avignon. Tous les jours à 19h15. Contact & réservations : 04 90 85 25 87.

À noter

Vanessa François, alpiniste paraplégique, dont Faire Face vous a déjà relaté les exploits sportifs a rejoint la troupe de La danse immobile.

 

11:38 Publié dans Culture, loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avignon, festival, off, cementine, celarie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.