25/06/2014

Accessibilité aux personnes handicapées : Alain Juppé tape sur les normes dans le bâtiment… mais se trompe de cible

juppé.jpg« Dans un T2 ou un T3, la pièce principale, c’est la salle de bains. » Pourquoi ? Parce ce que « quand vous faites un programme de construction, 100 % des logements doivent être accessibles aux personnes handicapées. » L’auteur de ces propos tout en finesse, repérés par le Lab d'Europe1 ? Alain Juppé, l’ancien Premier ministre, aujourd’hui maire de Bordeaux, ce 25 juin sur BFMTV (photo), .

 « Si on avait, je ne sais pas moi, la moitié, ou 25 % des logements accessibles aux handicapés, est-ce que ça ne suffirait pas ? Il y a tout un travail de simplification des normes à faire. » Des arguments frappants... mais totalement simplistes. 


Une minorité de logements accessibles dans la majorité des nouveaux immeubles

Une superficie de 5 à 6 m² suffit en effet pour concevoir une salle de bains accessible. Pas de quoi crier au loup…

Et l’obligation de construire 100 % de logements accessibles ne s’applique qu’aux immeubles desservis par un ascenseur. Or, installer un ascenseur n’est obligatoire que dans les bâtiments d’habitation collectifs comptant au moins quatre étages en plus du rez-de-chaussée. Dans ceux d’au plus trois étages et sans ascenseur, la majorité du parc sortant de terre chaque année, seuls les appartements du rez-de-chaussée doivent être habitables par des personnes en situation de handicap. On est bien loin des 100 %... Franck Seuret - Photo BFMTV

À lire aussi

Accessibilité : les associations de personnes handicapées montent le ton pour descendre le manque d'ascenseurs

 - Des médecins emplis d’« empathie » pour les personnes handicapées refusent l’obligation de mise en accessibilité

 - Ségolène Neuville assure que 80 % des établissements seront accessibles d’ici trois ans maximum

Commentaires

Le personnel politique est toujours là pour démontrer qu'il ne raisonne qu'à la surface des choses. A. Juppé démontre qu'il est incapable d'imaginer qu'une personne en fauteuil roulant peut désirer rendre visite à ses connaissances ... ni même que des habitants aujourd'hui en pleine capacité physique ne le seront pas forcément avec les pépins de la vie et/ou l'age. Pour ces derniers ce sera double peine car il leur faudra déménager, perdre leur entourage, s'ils ne veulent pas vivre cloitrer.
Tout cela est connu... sauf de ceux qui gouvernent apparemment !

Écrit par : Morkan | 26/06/2014

A défaut d'un manque d'accessibilité, dans un cabinet médical, on pourrait opter
pour la visite à domicile.

Écrit par : Daniel Panier | 29/06/2014

bravo pour votre commentaire Morkan, tout est également simple avec la parole... tant que cela ne vous touche pas personnellement ou quelqu'un de votre famille !

Écrit par : schweitzer | 29/06/2014

Les commentaires sont fermés.