18/06/2014

J'ai déjà écouté pour vous : Ilse Gevaert, une jeune chanteuse handicapée qui veut rassembler

Ilse Gevaert fait un peu penser à Melody Gardot. À sa posture, sexy. À son histoire, celle d'une vie avec un handicap. Si Mélody a été renversée par une voiture, Ilse est née sans bras gauche. Cette auteure belge de 34 ans, établie à Brooklyn, parvient, en dépit de ses souffrances, à être toujours debout grâce à la musique et au travail. S’accepter, être vrai, quelles que soient ses apparence et aptitudes, en faire une source de force : voilà le message de I am Human, la chanson titre de son premier album encore inachevé. Rencontre avec une artiste qui chante sa vulnérabilité. Sur des airs empruntant à la soul. .

Faire Face : I am Human, sonne comme un slogan. Que revendiquez-vous ?

Ilse Gevaert : Beaucoup de chansons actuelles parlent d'argent, de voitures, de femmes… Je ne m’y retrouvais pas. Avec I am Human, j'ai voulu produire quelque chose de réel, honnête et vrai. J’ai voulu montrer qui je suis vraiment. Je ne veux pas cacher la vérité. Peu importe que ce soit dur. S'accepter tel qu'on est et aussi accepter les autres, rend le monde meilleur. Ce sont nos différences qui nous rendent beaux. J'aime l’idée que tout le monde soit unique.


FF : Grandir sans bras gauche n’a pas du être facile…

I.G : Ce fut un défi. Le plus dur a été de résister aux intimidations verbales et physiques et de faire face aux regards incommodants des adultes. Mais nous avons tous des obstacles à surmonter dans la vie. Avec ma chanson, j'espère inciter les personnes à ne pas abandonner. Au plus profond de nos cœurs se trouve la vérité : c’est cette voix que nous devons écouter et suivre.

FF : Comment avez-vous trouvé le courage d’être différente ?

I.G : Les défis auxquels j’ai été confrontée dans mon enfance m'ont rendue plus forte. Outre ne jamais abandonner et écouter ma voix intérieure, mon parcours m’a appris à être patiente, à accepter mes bons et mauvais côtés. Je craignais néanmoins que "l'industrie musique" me rejette du fait de mon "imperfection" même si la perfection m’apparaît comme une illusion.

FF : Vous avez déjà sorti trois titres faisant partie de votre futur album*. Comment l'avez-vous pensé ?

I.G : J’ai construit mon album comme un chef d'œuvre : avec un intermède poétique, une fin par un grand orchestre. Je suis une jusqu’au-boutiste ! Mais l'industrie du spectacle exige de moi davantage de "fun" et de rythme. Alors que je considère la musique comme un équilibre de toutes les émotions humaines. Mon album se veut d’ailleurs un voyage à travers elles. Je veux créer une musique à ressentir, avec laquelle on puisse entrer en connexion, qui nous élève et nous transforme.

FF : Quels sont vos projets ?

I.G : Prochaine étape : finir mon album. Puis travailler à une tournée. Je rêve également d’une chanson qui servirait de bande sonore à un beau film. J'aime le cinéma ! Propos recueillis et traduits de l’anglais par Élise Jeanne

* Trois titres sont à ce jour téléchargeable sur des sites Internet comme Itunes, Spotify, Amazon, etc. : Living on a Cloud, I am Human et Behind the scenes

11:00 Publié dans Culture, loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : handicap, ilse, belge, human, différences | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Cet handicap n'empêche pas la chanson ni la poésie,Certains poêtes et chanteurs en seraient contents, s'il voyaient et entendaient ça.

Écrit par : Daniel Panier | 26/06/2014

Les commentaires sont fermés.