13/05/2014

L'APF lance son appel à la République : pas de citoyenneté sans accessibilité

Elle a choisi la dérision pour exprimer son exaspération. « J’ai de la chance, j’ai ma tête, mes bras et même un postérieur à roulettes. Mais, pas de chance, les obstacles sont encore là. J’ai de la chance, je conduis une voiture bien équipée. Mais, pas de chance, je ne peux pas toujours descendre de mon véhicule (…). J’ai de la chance, je vais faire des courses. Mais, pas de chance, trop de magasins sont encore inaccessibles. »  

accessibilité,handicap,manifestation,apf,13 mai,ad'ap,croizonElle c'est Delphine Albaut (photo ci-contre), représentante départementale suppléante de l’Association des Paralysés de France (APF) du Pas-de-Calais (62). Ce mardi 13 mai, Place de la République à Paris, l’ancienne fonctionnaire territoriale, « virée car, après mon accident, je ne valais plus rien d’après mon employeur », et 99 autres représentants de l’APF en situation de handicap sont venus, de toute la France, à l’appel de leur association, dire leur ras-le-bol de devoir affronter, tous les jours, le manque d’accessibilité.


L'appel des 100 pour des délais de mise en accessibilité resserrés

Posée sur un socle où trônent les allégories de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, l’imposante accessibilité,handicap,manifestation,apf,13 mai,ad'ap,croizonstatue de Marianne ornant la place, tout de bronze vêtue, surplombe la scène. Les intervenants se succèdent au micro. Une minute chacun. Jeune garçon handicapé, privé de cantine et d’activités périscolaires, parents exclus des réunions d’école, citoyens empêchés de profiter de leurs musées, de leurs cinés, de leurs cafés, patients privés de soins... : chacun son exemple, chacun son accent. En criant ou en chantant, en lisant ou en déclamant, d’une voix posée ou émue, tous font résonner le même appel. "L’appel des 100" pour demander au gouvernement de resserrer les délais de mise en accessibilité de la France. 

Pour le respect de la loi handicap, contre les lobbies

Sans accessibilité, pas de citoyenneté. Sans accessibilité pas de liberté ni d'égalité. Du haut de ses 9,5 mètres, la Marianne reste immobile. « 40 ans d’immobilisme ça suffit ! », protestent les participants. En février dernier, en créant les Agendas d’accessibilité programmée (Ad’ap), le gouvernement a décidé de repousser de trois, six ou neuf ans cette société inclusive à laquelle ils aspirent.

Votée en 2005, fixant à 2015 la mise en accessibilité des établissements recevant du public et des moyens de transport, la loi handicap ne sera donc pas respectée. Les personnes en situation de handicap le déplorent. Il faut dire qu’elles attendent depuis longtemps : depuis 1975 exactement et la première loi en leur faveur.

Delphine Albaut comme tous ceux présents ce 13 mai à Paris mais aussi ceux mobilisés en régions et sur les réseaux sociaux en ont assez d’attendre. Ils ne veulent plus être servis sur le trottoir à cause des marches du magasin. Ils veulent vivre sans toujours planifier leurs déplacements.

« France respecte notre existence, France soit grande et exemplaire ! N’écoute pas les lobbies ! », réclame Léliane Valat, représentante départementale APF du Vaucluse. Des lobbies - collectivités territoriales, opérateurs privés, autorités organisatrices de transport - qui n’ont eu de cesse de presser les gouvernements successifs à repousser les délais.

200 000 signataires sur change.org pour dire "Oui à l'accessibilité"

À 12h11, sur le podium, l'animateur, Robert Bérenguer, annonce une excellente nouvelle aux participants. Jingle. La pétition APF pour dire "Oui à l'accessibilité", lancée sur change.org mi-mars, vient de franchir la barre des 200 000 signataires. Frissons de joie.

accessibilité,handicap,manifestation,apf,13 mai,ad'ap,croizonAu tour de Philippe Croizon (photo ci-contre) de prendre la parole. Le sportif amputé des quatre membres a rejoint le combat de l'APF. Dans cette pétition, il dit « sa colère face à tous les lobbies […] qui ont demandé un report du délai [de 2015] ». Au micro, il harangue la foule : « Tous ensemble, nous sommes une force ! »

  1. Son rêve ? « Que la personne handicapée puisse dire : "Je vais à la banque, au cinéma, faire mes courses" et non plus "est-ce que je vais pouvoir aller chercher de l’argent, me faire une toile et acheter du pain ?". » Pour que ce rêve devienne réalité, il s’adresse aux politiques en leur demandant d’appliquer les lois mais il en appelle aussi à la conscience collective. L’accessibilité profite à tous et pas seulement aux personnes handicapées : personnes âgées, parents avec poussette et personnes valides puisqu’elle apporte du confort.

Marc Guillemain, le représentant APF de l’Yonne (89), double médaillé paralympique en basket fauteuil,accessibilité,handicap,manifestation,apf,13 mai,ad'ap,croizon attend lui aussi le respect de la loi. « Au XXe siècle, on a marché  sur la lune, au XXIe siècle on ne peut toujours pas rouler sur terre. » Les 500 personnes présentes aujourd’hui à Paris, Place de la République, et toutes celles en situation de handicap ne demandent pas la lune. Le respect de leurs droits suffira. Texte et photos Valérie Di Chiappari

 

 

Commentaires

Un énorme MERCI à celles et ceux qui, dans la lumière ou dans l'ombre, ont contribué au plein succès de cette belle journée qui a permis de libérer la parole.
Que cette journée permette à chacune et à chacun des adhérents, sympathisants, militants, bénévoles, salariés, élus...au sein de l'APF de garder confiance en l'avenir de notre belle association et de s'impliquer, chacun à sa mesure et selon ses capacités, au développement harmonieux de notre action juste mais nécessaire.
Au plaisir de se retrouver, ici ou ailleurs...
Pourquoi pas à Amiens le 28 juin pour l'Assemblée Générale ?
Avec fierté et confiance.
Jean-Maurice

Écrit par : jean-maurice ALBAUT | 13/05/2014

Et si on se calmait un peu ! les handicapés ne sont pas des gamins capricieux qui veulent tout tout de suite.
Imposer à TOUS les commerçants, médecins etc une accessibilité complète, imposer que TOUTES les chambres d'étudiants soient équipées pour les handicapés me parait un peu déconnecté de la réalité. c'est une espèce de chantage : nous sommes de pauvres handicapés, ayez pitié de nous, nous ne sommes pas capables de trouver des solutions. Alors évidemment personne n'ose leur tenir tête, on n'ose rien leur refuser. alors poussons le bouchon encore plus loin ! je ne suis pas d'accord.
Notre corps ne travaille plus ou mal mais notre cerveau peut suppléer et nous aider à trouver des solutions. s'il n'y a qu'UN SEUL médecin qui vous intéresse pourquoi ne pas négocier avec lui qu'il vous aménage un accès, qu'il vous rencontre ailleurs ? (Parfois une petite planche/rampe amovible suffit.)

Accessibilité des bâtiments publics, des transports, lieux collectifs OUI
mais l'imposer à TOUS les commerces, TOUTES les professions libérales NON. (mais le leur suggérer, les encourager). Je ne veux pas qu'on me fasse passer pour une capricieuse à qui l'on ne peut rien refuser à cause de ma polio aux deux jambes....
C. Ferret

Écrit par : ferret | 14/05/2014

Je ne vous comprend pas C. Ferret : considérer que l'accessibilité est un caprice...

Je perçois comme une culpabilité dans vos propos : être une personne handicapée au point de penser que vous seriez "capricieuse" de demander à vivre tout simplement comme tout le monde : pouvoir acheter son pain, pouvoir entrer dans un magasin qui vous plaît pour CHOISIR comme tout le monde ce qui vous convient ou le petit cadeau qui plaira à la personne de votre choix, etc.

L'accessibilité n'est pas un "caprice" mais un besoin vital et je suis certaine que vous comprenez que dans vital il y a VIE.

Dans ma ville il y a des commerçants qui ont eu la CITOYENNETE de rendre accessible leurs magasins (et ce ne sont pas de grandes enseignes) comment comprenez-vous alors que certains le font et pas d'autres ... la citoyenneté émane de l'intérêt qu'on porte aux autres et la politique est la force qui doit porter cet esprit de citoyenneté.

Les dérogations basées sur les faits concrets d'irréalisation en accessibilité sauront vous satisfaire ....

Écrit par : mireille luque | 14/05/2014

réponse à FERRET : j'ai dû relire 2 X votre message, je croyais avoir sauté une ligne, un paragraphe, ne rien comprendre.... Incroyable votre message. Vous raisonnez pour votre petite personne ? ouvrez les yeux à 390 ° ne restez pas centré sur votre côté négatif, mais vous rendez vous compte de votre phrase si : "on se calmait un peu..." et " les personnes handicapées veulent tout tout de suite", mais vous êtes en retard d'une guerre, instruisez vous. Connaissez vous la loi de 1975, celle de 2005 ? il est grand temps de vous y plongez, cela fait 2 lois bafouées, 40 ans que les personnes handicapées espèrent s'inscrirent dans une société inclusive, espèrent vivre comme tout un chacun, connaissez vous les difficultés des personnes ? ne regardez pas que vous même qui peut être ne souhaite pas se montrer et préfère s'exclure de la société, l' ACCESSIBILITE est devenue primordiale pour TOUS : les personnes âgées, les personnes qui poussent les poussettes, les personnes ayant un handicap temporaire, toutes les personnes en situation de handicap. Cela fait 40 ans que l'APF se bat avec ses nombreux adhérents en situation de handicap et leurs familles pour que cette société change et inscrive TOUT POUR TOUS, et vous trouver les revendications excessives !!!! Vous êtes où ? dans un rêve ? Mais c'est vous qui êtes déconnecté de la réalité. Plongez vous VITE dans la vraie vie, celle de la liberté, de l'égalité, d'une société ouverte à TOUS, les personnes handicapées ne sont pas capricieuses, elles en ont marre de 40 ans d'immobilisme, de promesses non tenues, du non respect de leurs personnes. Vous savez ce que c'est 40 ans d'attente ??? Votre message ressemble à une très mauvaise blague..

Écrit par : Léliane | 14/05/2014

Je voudrais comme Jean Maurice faire part de mes remerciements pour l'organisation de cette action si nécessaire pour manifester notre exaspération et notre incompréhension face au nouveau report de la loi pour l'accessibilité de TOUS. Cette manifestation inédite, si bien pensée, si bien organisée me pousse à manifester ma reconnaissance et ma fierté à l'APF. Mes remerciement vont vers toutes les personnes qui ont depuis des mois fait un travail que l'on ne voit pas, enfin que certaines personnes ne veulent pas voir. Cette association depuis 80 ans a atteint un super niveau d'expériences, d'exemplarité, de transparence, de solidarité, de défense des droits des personnes en situation d' handicap. C'est un grand mouvement qui n'est pas prêt de s'éteindre. Merci aux salariés du siège national, au Directeur, au Président, aux membres du CA, Merci à tous ceux qui ont portés et soutenus de près ou de loin cette manifestation, Merci à Philippe CROIZON qui s'est engagé et est venu témoigner, Merci aux autres associations présentes qui ont témoignés également des difficultés liées à la non accessibilité, merci aux adhérents, aux représentants de toutes les délégations de France qui ont contribués à la réussite de cet évènement. Merci à tous les anonymes qui nous soutiennent en signant la pétition MERCI MERCI ET ENCORE MERCI

Écrit par : Léliane | 14/05/2014

bjr
je suis élève AMP en meuse, je suis en cae à LACHAUSSEE au foyer ESAT j'y travaillel pour un an espérant plus bien sur! aujourd'hui nous sommes allés à COMMERCY faire une simulation en fauteuil roulant dans la ville!
Le constat est triste! aucun trottoir est adapté j'ai du roulé sur la route !
le conble du conble la mairie de commercy n'est pas accessible!!! ils ont mis une rampe en fer(bonjour la sécurité en cas de pluie ou de neige) et pour entrer dans la mairie il faut sonner pour qu'une personne viennent vous ouvrir le souci c que la sonnette est a hauteur d'homme donc en fauteuil on reste dehors!! magasin non accessible 9 sur 10!! la poste accessible! la gare accessible! c'est une véritable honte!! on peut dire en conclusion qu'il ya encore du travail ! a quand l'égalité pour tous!! on parle d'égalité entre homme et femme mais à quand l'égalité de tous les être humains car n'oublions pas qu'avant d'etre HANDICAP ou comme dit ma fille de 6ans à sa maitresse on ne dit pas HANDICAPE mais PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP ils ou elles sont des être humain et donc ils devraient dire comme tout à chacun je vais chez le coiffeur ou chez le médecin!!! et non , tu peux venir avec moi car je ne peux pas y aller seul faute d'accessibilité !!
je vous remercie de m'avoir lu
cordialement

Écrit par : lombard sylvie | 14/05/2014

Bonjour ,

Et oui , nous sommes en 2014 !!
Notre société a très peu évoluée sur le regard qu'elle porte sur les personnes en situation de handicap !!
Les considérant comme des sous- êtres ....Mais tous nous serons soumis à l'accessibilité : parents , grand-parents , une entorse de la cheville , une jambe cassée , un accident et donc le handicap définitif , le vieillissement ....
Une société sensée ne doit pas exclure ces personnes , c'est une chose normale de vivre tous ensembles avec nos différences sans juger .
Ont-ils pris conscience de ça tous ces hommes politiques ??

Écrit par : berly | 15/05/2014

Bonjour

J' ai vu dernièrement une école récente avec porte d. entrée avec des poignées verticales qui gênent les personnes en fauteuil, pourquoi ne pas la mette automatique ?

De boutons d' appel de demande d' arrêt des véhicules, afin de traverser pour prendre le tram tout nouveau, trop loin et tout le monde ne peut pas s' en servir, des quais trop hauts.

L' accessibilité devrait concerner des bus plus nombreux, aussi le soir et le dimanche, et dans certaines villes d' Ile de France non desservies, tout le monde ne prend pas le métro ou le RER et le tram avec parfois des ascenseurs en panne.

Écrit par : leanie | 15/05/2014

Un grand bravo aux manifestants, j'ai eu des échos par le biais des délégués départementaux de la Seine-Maritime. Bon courage à Louise C, Charlène M,
Eugénie C, Pierre L etc.

Écrit par : Daniel Panier | 16/05/2014

Et le F.S.I. ce n'est pas une honte!!!!!!!!!!!!!!

Le FSI (Fonds Spécial Invalidité) et/ou L'ASI (L'Allocation Supplémentaire d'Invalidité) sont des prestations versées sous certaines conditions aux personnes invalides titulaires d'une pension de retraite ou d'invalidité. Les sommes versées au titre de l'ASI et du FSI sont récupérables au décès de l'allocataire sur sa succession. Cette procédure est ignoble car se sont les descendants directs qui sont victimes de cette pseudo aide que l'on nomme "Aide Sociale" Les titulaires de l'ASI ou FSI sont contraints de rembourser une aide qui n'est ni plus, ni moins, qu'un prêt déguisé ; Le comble dans tout ceci, c'est que ses aides sont pour la plupart destinées aux personnes titulaires d'une pension de retraite ou d'invalidé, donc dans l'incapacité de travailler.

Écrit par : froelich | 21/05/2014

Non, ça n'a rien de honteux de tout vouloir tout de suite; la vie est courte et on veut aussi en profiter. Surtout qu'il existe des villes où tout paraît simple! Je reviens de Londres où j'ai pu me déplacer partout en bus, bénéficiant en plus de l'aide et du sourire du chauffeur et des voyageurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi, à Paris, je n'ai accès qu'à quelques lignes de bus et à aucune station de métro, alors que je paye des impôts comme n'importe quel citoyen. Et si je décidais de repousser le paiement de mes impots à 6 ans ou plus...? Merci encore d'avoir permis aux personnes en situation de handicap de dire et montrer qu'elles existent et veulent simplement avoir les mêmes droits que les autres. Ca suffit de ne voir une personne en fauteuil que pour les élections présidentielles!

Écrit par : Emmanuelle | 21/05/2014

Un grand bravo pour l’organisation de cette manifestation, et cela n'a pas du être simple ! Je me suis démené comme un fou pour la pétition, et pour organiser des actions locales, mais je me heurte au découragement. Pas loin de chez moi, il y a une petite ville, Chinon, où circulent de nombreux fauteuils du fait de la présence d'un centre spécialisé. J'ai voulu organiser une action, et je suis allé "draguer" dans les rues (je suis aussi en fauteuil). J'ai accroché une vingtaine de personnes en fauteuil. Aucune n'a accepté de suivre, la réponse générale tournant autour de "ça ne sert à rien, tout le monde s'en f..., on ne peux rien faire bouger, etc..." Et c'est vrai que d'attente en report...
Du coup, j'ai voulu faire plus simple (et plus direct !). On connait le site "j'accède". J'ai proposé de créer, à mes frais et sur mon temps, un site "J'accède pas", national, avec photos, nom de l’organisme ou du commerce, et adresse. De quoi faire réfléchir ! Il me fallait simplement des correspondants locaux. J'ai contacté les intervenants les plus virulents s''exprimant sur les pages Facebook qui se sont créées à l'occasion du report. J'ai donné mon mail perso. J'ai fait un gros boucan. J'ai eu 2 réponses, Angers, et Toulouse !
Alors ? Que faire ? Le découragement et la résignation de doivent pas gagner, quand même...
Un sourire (jaune) pour finir. A St Tropez, les toilettes publiques sont payantes. Bon. Et, tout au bout du port, il y a des toilettes publiques handicap. De passage, je les ai découvertes. Génial : toilettes réhaussées, lavabo abaissé, des appuis partout, la place suffisante pour tourner en fauteuil... génial, je vous dis ! Juste un petit souci : pour accéder à cette merveille, il faut mettre une pièce de monnaie dans la fente prévue. Normal, puisque c'est payant. Oui mais la fente...elle est inaccessible assis en fauteuil ! C'est ballot ! C'est la vie !

Écrit par : Voyer | 21/05/2014

Bonjour à vous tous
j'attire l'attention à tous les lecteurs pour ou contre l'accessibilité. , si les textes d'application de 1978 pour les ERP et la voirie, ainsi que 1982 pour les logements collectifs avaient été correctement appliqués, nous aurions un bilan d'accessibilité meilleur. C'est scandaleux de reporter les délais, les personnes handicapées non seulement ils ont leur handicap, mais en plus ils ont été bafoués par le non respect des textes, combien de maîtres d'ouvrage et de maître d'œuvre ont respectés toutes les prescriptions (ressaut, seuil de porte de +2cm, pente trop forte, portes vitrées repérables par des éléments visuels, etc... Est-ce que ces personnes ont voulu faire une 1/2 journée de sensibilisation de l'handicap, pour mieux l'appréhender.
Attention des dérogations seront demandées sur des bâtiments qui n'ont pas respectées les règles de construction suite à leur permis de construire depuis 1978 et qui manifestement ne pourront pas se mettre aux normes.

Écrit par : MARTINEAU | 21/05/2014

Il y en a des constats à faire et j'en ai un qui me vient. C'est à Paris, en août 2013, et j'avais une envie pressante à satisfaire, il fallait passer à la caisse d'abord, à la gare SNCF, pour la modique somme d'un €. C'est pas trop la question du manque d'accéssibilité, mais si l'on est obligé de payer, quand ça urge, où est le droit des citoyens valides ou en situation d'handicape? Voila qui me dépasse.

Écrit par : Daniel Panier | 22/05/2014

Peu importe ce que sera la durée du délai pour enfin mettre en place une accessibilité pour tous si des sanctions "financières dissuasives" ne sont pas prises. -- L'échéance arrivée, comme rien n'aura changé, on fixera un nouveau délai et tout sera reparti pour un tour. Mais à ce régime, il faudra encore de nombreuses dizaines d'années pour voir une solution.
Ne serait-ce pas là une meilleure solution que manifester pour une accessibilité qu’on ne verra jamais !!!
JCD 23/5/2014

Écrit par : DENTAND | 23/05/2014

Les commentaires sont fermés.