16/04/2014

L’AAH ne sera pas gelée mais les 50 milliards d’économie vont jeter un coup de froid sur la politique du handicap

50 milliards,Valls,établissements,services,AAH,gel,minima sociaux,entreprises adaptées,AVS,écoleÉpargnées par le plan de 50 milliards d’économies, les personnes handicapées ? Certainement pas. Manuel Valls en a dévoilé les principales mesures, mercredi 16 avril. Le Premier ministre a certes précisé que les minima sociaux, dont l’allocation adulte handicapé, ne seront pas gelés pendant un an. « Pour veiller au sort des plus démunis (…), ils continueront d’augmenter au rythme de l’inflation. » Comme en 2014, donc. Mais les pensions d'invalidité, comme les autres prestations sociales (aides au logement, etc.), n'augmenteront pas d'un euro d'ici octobre 2015. 


L’État, la Sécurité sociale et les collectivités locales seront mis à contribution

De plus, la politique du handicap repose sur des financements de la Sécurité sociale (27 milliards environ pour le financement des établissements et services, principalement) ; de l’État (11 milliards, pour l’AAH essentiellement) ; et des conseils généraux (environ 5 milliards d’euros pour la prestation de compensation du handicap et les établissements). Or, tous ces acteurs vont être mis à contribution pour atteindre l’objectif de 50 milliards d’euros d’économies entre 2015 et 2017.  

Les créations de places au compte-goutte

Le rythme de création de places en établissements et services, pourtant poussif, ne va donc certainement pas être accéléré. On peut également craindre que le pacte pour l’emploi, signé en 2011 par l’État avec les entreprises adaptées, ne fasse les frais de la politique d’austérité. Déjà, les 1 000 aides au poste supplémentaire, prévues pour 2014, n’ont pas été débloquées : elles devaient l’être progressivement, en 2015 et 2016, avait promis le ministère du Travail, fin 2013. Quant à la prestation de compensation du handicap, son élargissement aux besoins non couverts (aide à la parentalité, etc.) semble plus que jamais illusoire. 

Les créations d’emploi dans l’Éducation nationale seront maintenues

En revanche, le recrutement en contrat à durée indéterminée, par le ministère de l’Éducation nationale, à partir de la rentrée 2014, des auxiliaires de vie scolaire arrivant à la fin de leurs six années de contrat d’assistant d’éducation ne semble pas menacé. « Les créations d’emplois prévues dans l’Education nationale, la sécurité et la justice seront maintenues », a insisté Manuel Valls. On attendra cependant de voir pour y croire… Franck Seuret - Photo DR

À lire aussi

Création d'emplois : 2014 sera une année blanche pour les entreprises adaptées

Auxiliaires de vie scolaire pour enfants handicapés : une réforme au milieu du gué

Enfants handicapés : il manquerait 19 500 à 37 500 places en établissements et services, selon nos estimations 

Commentaires

Je lis avec intention votre article... le seul bémols c'est que mon AAH n'a pas augmenter d'un centime depuis qu'Hollande est devenu président. L'aide à l'autonomie pour personnes handicaper n'a pas augmenté depuis 2009 alors que tout à augmenter...

Écrit par : geets | 17/04/2014

bonjour et bien toutes les personne ont eu une augmentation de l'aah
et tout les an cela augmente meme si c 15 euro et bien c tjrs sa de pris.

Écrit par : sebastien | 18/04/2014

On dirait que pour "l'AAH", ça progresse pas plus que les autres projets prévus
pour 2015. Faut pas avoir de gros besoins, en plus des factures à payer.

Écrit par : Daniel Panier | 19/04/2014

Toutes ces soi-disant aides & compensations ne sont pas très justes et sans une tonne de dossiers et papiers, ou des conditions inadaptées sont dérisoires! C'est très théorique! Faudrait peut-être que ces politiciens essaient de vivre dans les conditions qu'ils imposent aux personnes handicapées, juste pour voir!

Écrit par : Valérie M. | 03/05/2014

Il ne faut pas compter sur nos politiciens, pour se préoccuper de nous, puisque nous sommes pour une bonne partie, privés de nos droits les plus fondamentaux, tant que personne ne dénoncera ouvertement cet état de fait, la caf et autres organismes, continueront à nous réduire, voir supprimer, les aides auxquelles nous pouvont prétendre, pour vivre à peu près dignement dans ce pays, des libertés, égalités fraternités, mais pour qui? t-elle est la question, il apparait que nous sommes pas tous, avec les mêmes visions, c'est à nos gourvernants qu'il faut poser la question, encore faut-il, qu-ils aient le courage d'y répondre.........................

Écrit par : Délicatessen | 29/05/2014

Je viens de relire le commentaire fait il y a quelques jours, ma situation n'a pas bougée d'un yota, les cafs de france sont hors la loi, en imposant à une personne, hébergée, d'être tributaire et considée à la charge d'une tierce personne, n'ayant aucune filiation avec celle-ci. Donc l'état et la caf se substitue à ses obligations aux regards des lois en vigueur dans ce pays et des droits fondamentaux de la constution. l'obligation de subvenir à l'existence d'une tierce personne n'est valable juridiquement, que pour les personnes mariées ou pacsées, pout out les autre la caf est hors la loi, et viole, nos droits les plus fondamentaux, je suis privée de tous ceux-ci, et sans ressources, donc mourront en silence, voilà ce que déire l'état............

Écrit par : Délicatessen | 07/06/2014

Délicatessen-Peut etre que c'est comme vous venez d'écrire,mais pour le moment personne est venue ici écrire qu'il à saisie la justice par raport à tout sa que vous venez d'écrire et qu'il à eu gigne de cause en tribunal soit le tribunal d'incapacitée ou par le biais du tribunal de grande instance.Et se c'est tout hors la loi,comme sa pourquoi vous n'avez pas saisie la justice?Attention je vous pose cette question tant que handicapé et non pour critiquer mais à mon point de vue se tout est hors la loi comme vous dites,ben provez nous avec une décision de justice à vottre faveur.Cordialement.

Écrit par : font | 14/06/2014

Les commentaires sont fermés.